Le délire du syndrome d'Othello

Qu'est ce que le délire du syndrome d'Othello

 

 

 

 

Le parlement a voté à l'unanimité, mardi 29 Juillet 2010, un texte visant à renforcer la protection des personnes victimes de violences conjugales. Parmi les mesures phares, la création d'un délit de harcèlement psychologique et le port du bracelet électronique.

Mon propos ici n'est pas d'analyser la loi car une difficulté persiste : faire la preuve des violences subies (la parole de l'un contre celle de l'autre...).

J'ai choisi de parler ici de la jalousie car les effets de la jalousie sont souvent, du moins dans un premier temps, l'aboutissement d'un harcèlement moral particulièrement destructeur

ATTENTION, NE CONFONDONS PAS TOUT :

Nous sommes tous à un moment donné un peu jaloux. Il est normal d'éprouver un pincement au cœur lorsqu'il s'agit de la personne que l'on aime. La jalousie est une émotion empreinte d'agressivité qui est la conséquence de la peur de perdre l'être aimé ou l'exclusivité de son amour, au profit d'une autre personne.

Hommes ou femmes, la jalousie n'épargne personne.

Lorsque la jalousie qu'elle soit féminine ou masculine devient destructrice, c'est que le jaloux rend la vie impossible à l'autre.

La femme jalouse cherche des preuves matérielles : odeurs et parfums inhabituels, document oublié dans les poches des vêtements, ou même espionnage du téléphone portable de son partenaire. A la moindre ébauche de preuve, son attitude s'exacerbe, à la hauteur de sa peur d'être abandonnée. Elle pleure, menace...L'homme jaloux surveille l'apparence de sa femme et contrôle son emploi du temps, comme si elle était un appendice de lui-même. Toute transgression des habitudes provoque une avalanche de remarques et questions. Il limite son autonomie, fait le vide autour d'elle, en l'isolant de ses amis et de sa famille. S'il pense détenir une preuve de trahison, il peut devenir violent, en l'humiliant ou en démontrant sa force. Il n'a de cesse de la dominer, par tous les moyens, mais pour rien au monde il ne renoncerait à elle !Celui qui subit la jalousie vit aussi un enfer. Il peut avoir le sentiment d'être totalement privé de sa liberté. Ses gestes sont épiés, tout est mal interprété, et peut donner lieu à une scène. Quelquefois celui qui est jaloux peut même devenir violent.

 

Cette violence conjugale qui peut naître d'une jalousie maladie a des conséquences extrêmement graves sur les enfants témoins de ces situations de maltraitance.

La violence conjugale ne laisse aucun enfant indemne. Elle fait peur et traumatise tous les enfants, toujours exposés aux scènes de violence conjugale et/ou directement victimes.

Au final, on pourrait dire que les enfants sont parfois traités par leur père violent de la même façon que leur mère, c'est-à-dire non pas en tant qu'être humain, mais en tant qu'objet puisque leur souffrance est niée, comme celle de leur mère, et qu'ils ne sont pas respectés.

 

Quand la jalousie est une pathologie :

Pour mémoire : Les psychoses sont un ensemble de pathologies mentales. Elles se caractérisent dans l'ensemble par une altération du sens de la réalité. Cette perte de contact avec la réalité se manifeste le plus souvent par un délire, des troubles du jugement.

La jalousie peut être une maladie psychiatrique grave désignée sous le nom « Syndrome d'Othello. » :

Jalousie pathologique = délire de jalousie =jalousie morbide = jalousie psychotique = syndrome d'Othello

 

 

La jalousie pathologique se trouve dans les délires passionnels :

Délire de jalousie (délire d'Othello)

_ Prédominance masculine, âge >40 ans.

_ Conviction inébranlable d'être trompé par l'être aimé

_ Persécuteur : l'être aimé (et la personne suspecte d'être l'amant)

_ Secteur affectif

_ Complication : Alcoolisme, geste auto ou hétéroaggressif, retentissement socioprofessionnel

La jalousie pathologique est plus fréquente chez l'homme (en particulier dans l'alcoolisme) :

 

Dangerosité potentielle : risque d'agression physique, d'homicide ou de suicide (lorsque le conjoint le quitte)

Croyance anormale (fondée sur des bases erronées et inaccessible aux arguments rationnels) que le conjoint est devenu infidèleD'autres idées délirantes peuvent être associées : complot du conjoint contre le patient, tentative d'empoisonnement, d'affaiblissement de ses capacités sexuelles ou de transmission d'une maladie vénérienne

Le patient surveille son conjoint, se montre inquisiteur, irrité, agressif, voire menaçant ou violent Sa personnalité serait caractérisée par une faible estime de soi, un décalage entre ambitions et succès et une grande importance accordée à son statut social.

Pour la sécurité des femmes et de leurs enfants, il serait nécessaire qu'une situation portée à la connaissance des services de police ou de gendarmerie puisse faire l'objet d'une enquête approfondie sur la dangerosité potentielle de l'agresseur, surtout lorsqu'il s'agit de violences psychologiques si difficiles à démontrer.

 

Pur lire la suite , allez sur ce lien dont le titre est : Portrait robot du psychopathe

http://sosfamillendanger.e-monsite.com/pages/portrait-robot-du-psychopathe.html

 

 

 

 

13 votes. Moyenne 3.77 sur 5.