Pour quelles raisons place-t-on les enfants ?

Pour quelles raisons place-t-on les enfants ?

La mission n’a pas constaté dans les différentes situations d’accueils provisoires ou de placements qu’elle a examinée

de décisions qui auraient été prises du seul fait de la pauvreté des familles.

 Ce constat, qui sera relativisé dans les lignes qui vont suivre, est en partie lié au fait que les familles bénéficient à un

titre ou à un autre d’aides financières légales (RMI ,allocations familiales, allocations logement, API…) qui tendent à

les « solvabiliser », même si cela demeure à un niveau très bas, proche du seuil de pauvreté (1). Lorsque celles-ci -ci

ne sont pas suffisantes, les travailleurs sociaux mobilisent les aides fournies par des organisations caritatives. En

outre, s’agissant du logement, même si des besoins subsistent , se sont développées depuis les années 1990,

spécialement depuis la “loi Besson” et plus dernièrement à la suite du vote de la loi d’orientation contre

les exclusions, des nouvelles solutions.

 

(1)  

Une personne est déclarée pauvre si son niveau de vie moyen sur trois ans se situe au dessous d’un seuil qui se

calcule comme la moitié du niveau de vie individuel triennal médian soit 3.500 francs en 1997 

 

Ainsi, dans toutes les situations étudiées d’enfants accueillis hors de leurs familles,d’autres difficultés, souvent

lourdes, prédominaient. Le tableau ci-dessous récapitule les causes des accueils provisoires et des placements dans

les 114 situations examinées. Les raisons les plus fréquentes ayant nécessité une séparation de l’enfant et de sa

famille sont l’existence de carences éducatives importantes, de difficultés psychiques des parents, de conflits familiaux

ou encore d’un alcoolisme ou d’une toxicomanie chez l’un et/ou l’autre des parents, de maltraitance (abus sexuels,

sévices corporels…). Les facteurs ayant conduit à la séparation sont donc multiples.

Je

Causes de l’accueil provisoire ou du placement :

 

1/ Logement ..............à découvrir sur le fichier

2/ Ressources financières .......................................

3/ Maltraitance : inceste, abus sexuels, sévices corporels,............... 

4/ Difficultés psychologiques ou psychiatriques des parents ...............

5/ Maladie des titulaires de l’autorité parentale ou de l’un d’eux ..............

6/ Carences éducatives ..............

7/ Conflit familial ..............

8/ Alcoolisme, toxicomanie ............

9/ Fugue ...............

10/ Absentéisme scolaire ou difficultés scolaires lourdes .............

11/ Troubles du comportement .............

12/ Problèmes médicaux pour l’enfant ................

13/ Mineure enceinte .................

14/ Tentative de suicide ..............

15/ Autres .................

TOTAL=  (Total superieur à 114 ,plusieurs causes pouvant être cités  ) 217 

 

Je vous invite à télécharger ce document qui est très explicatif en la matière,et de lire les résultats de ce rapport

de  JUIN 2000 présenté par : 

 

Accueilprovisoiresetplacementsd enfantsetadolescents1Accueilprovisoiresetplacementsd enfantsetadolescents1 (347.42 Ko)

M. Pierre NAVES

Inspecteur général

des affaires sociales                       &           M. Bruno CATHALA

                                                       Inspecteur des services judiciaires

 

3 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. DESSEAUVE 12/10/2016

Hélas le rapport de juin 2001 sur le placement abusif d'un enfant sur deux reste toujours d'actualité.
La toute puissance des travailleurs sociaux se poursuit en particulier les assistantes sociales qui délivrent des rapports maquillés aux juges. Peu importe la qualité de la famille d'accueil ou du foyer, souvent des drames cachés aux médias se produisent. Oeuvrons tous pour que la France soit condamnée sévèrement par la Cour européenne pour cette criminelle atteinte aux droits de l'homme qui "bousille" des générations d'enfants et d'adultes.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau