Portrait robot du psychopathe

PORTRAIT DU BOURREAU

 


Un tyran domestique
Le bourreau ou quelle que soit la pathologie ou le nom qu'on lui donne : le pervers narcissique du Dr Marie-France Hirigoyen, le manipulateur d'Isabelle Nazare-aga, le misogyne de Susan Forward jusqu'au “vampire” du Dr Lopez se définit par son comportement !

Question de comportement


Quels que soient son sexe, son âge, sa nationalité, le bourreau a toujours le même comportement, il vampirise sa victime, buvant son énergie vitale. On peut mettre des années avant de se rendre compte du processus de destruction mis en place. Au commencement il peut n'y avoir que des petites brimades, des phrases anodines mais méprisantes, pleines de sous entendus blessants, avilissants, voir violents, c'est la répétition constante de ces actes qui rend l'agression évidente. Souvent un incident vient déclencher la crise qui amène l'agresseur à dévoiler son piège ; en règle générale, c'est la prise de conscience de la victime, et ses sursauts de révolte, qui vont déclencher le processus de mise à mort : car il peut y avoir véritable mise à mort psychique, où l'agresseur n'hésitera pas à employer tous les moyens pour parvenir à ses fins : anéantir sa proie.
Question d'affect
L'agresseur est une personne totalement dépourvue d'empathie, qui n'éprouve aucun respect pour les autres, qu'il considère comme des objets utiles à ses besoins de pouvoir, d'autorité. Il a besoin d'écraser pour exister. Il ne possède pas de personnalité propre, elle est forgée sur des masques dont il se pare suivant les besoins, passant de séducteur paré de toutes les qualités, à celui de victime faible et innocente, ne gardant son véritable visage de démon que pour sa victime. Et encore peut il jouer avec elle au chat et à la souris, faisant patte de velours pour mieux la tenir, puis sortant ses griffes lorsqu'elle cherche à s'évader... Ce sont souvent des êtres doués d'une intelligence machiavélique, leur permettant d'élaborer des pièges très subtils.
Ils culpabilisent à outrance leur proie, ne supportent pas d'avoir tort, sont incapables de discussions ouvertes et constructives ; ils bafouent ouvertement leur victime, n'hésitant pas à la dénigrer, à l'insulter autant que possible sans témoins, sinon ils s'y prennent avec subtilité, par allusions, tout aussi destructrices, mais invisibles aux regards non avertis

LES PSYCHOPATHES

Les noms qui nous viennent spontanément à l’esprit, à l’évocation du mot « psychopathe », sont ceux de Michel Fourniret, Marc Dutroux ou Guy Georges. En réalité, la psychopathie est un trouble du comportement relativement répandu (environ 1 % de la population) et fort heureusement, rares sont les psychopathes qui basculent dans le crime. La majorité d’entre eux vivent des vies normales. On peut en croiser dans tous les secteurs de la société. Mais apprenez tout de même à les détecter, de crainte que l’un d’eux ne s’immisce dans votre existence et ne la saccage...

Robert Hare est le grand spécialiste mondial de la psychopathie. Il a consacré sa vie à la définition de ce trouble du comportement qui prend la forme d’un syndrome de traits psychologiques. Les psychopathes possèdent généralement la plupart des caractéristiques suivantes :

psychopathe.jpg

De beaux-parleurs : ils sont souvent très doués à l’oral, d’autant qu’ils ne ressentent pas d’anxiété ou d’appréhension à parler en public. Ils ont réponse à tout et sont capables de moucher les meilleurs orateurs. Bagout extraordinaire, tchatche exceptionnelle, faconde hors-norme. Méfiance.

Charme, charisme, aura : les psychopathes sont souvent charismatiques. Certains se transforment en gourous dans des sectes. On leur prête naturellement des qualités de meneurs d’homme. Ce sont de grands séducteurs. Si vous les intéressez (parce que vous avez de l’argent, du pouvoir, du prestige), ils parviendront à gagner votre confiance.

Narcissisme : les psychopathes sont toujours très arrogants, mais certains parviennent à dissimuler ce trait de personnalité déplaisant sous une fausse modestie. Ils ont une vision grandiose de leur propre importance. Ils ont l’impression d’être des surhommes, des individus à part, des bienfaiteurs, des sauveurs. Ils se perçoivent comme le soleil de la scène sociale. Leurs démarches, toujours intéressées, seront souvent présentées comme des faveurs. Dans leur esprit, tout leur est dû car ils sont exceptionnels ; par conséquent, ils se servent. On parle souvent de leur « mégalomanie » ou de leur « égocentrisme ».

Absence d’empathie : les psychopathes sont abominablement dépourvus d’empathie. Ils n’ont pas de sentiments pour les autres : ni amour, ni amitié, ni compassion. Parfois, ils font même preuve de sadisme. Beaucoup mettent en scène, de manière théâtrale, leur empathie. Ils s’efforcent de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas : des personnes sensibles avec un cœur grand comme ça.

Manipulateurs hors-pair : il existe de multiples manières de manipuler autrui. Les psychopathes possèdent un répertoire de techniques de manipulation particulièrement riche. Ils mentent avec un aplomb déconcertant ; ils peuvent vous culpabiliser en évoquant des obligations familiales ou professionnelles ; ils ont recours à des expressions-cadenas pour vous obliger à penser comme eux. Par exemple : « Quiconque pense le contraire est hypocrite ». Ils adoptent fréquemment une tonalité docte et se posent en dépositaires du savoir absolu. Ils tiennent des propos ambigus qui visent à vous faire comprendre leur pensée sans avoir à la formuler explicitement, pour éviter de se mouiller, etc.

Gestion virtuose de leur image : ils se comportent différemment selon les personnes à qui ils ont affaire. De sorte que certains les trouveront admirables, alors que d’autres auront perçu l’envers de la médaille : les mensonges, les manipulations, l’arrogance. Ils peuvent aussi se comporter très différemment en public et en privé, si bien qu’on a l’impression d’avoir affaire à un Dr Jekyll et Mr Hyde. Les psychopathes sont des communicants instinctifs. Ils ont un talent naturel pour donner d’eux-mêmes une image très flatteuse. Ils se font valoir pour le travail et les réalisations de leurs collègues ; ils bidonnent leur CV ; ils arrangent leur histoire ; ils traquent férocement tous ceux qui dans leur entourage ont compris à qui ils avaient réellement affaire et seraient susceptibles de faire tomber le masque.

La labilité logique : les psychopathes ont tendance à multiplier les erreurs de raisonnements. Ils accordent trop d’importance à certains faits, en minimisent d’autre. Leur esprit d’analyse, très sélectif, ne détecte que ce qui les arrange. Leur mémoire fonctionne de la même manière. Il leur arrive de se contredire dans une même phrase. Ils font des promesses qu’ils oublient peu de temps après. Ils commettent des lapsus, interprètent mal une situation. Tout cela pour vous manipuler. Après coup, ils vous diront qu’il s’agissait d’un « malentendu ».

Prise de risque : les psychopathes ont tendance à s’ennuyer et prennent plus de risques que les autres. Ils sont irresponsables et ont, semble-t-il, du mal à envisager toutes les conséquences de leurs actes. Ils ont fréquemment des trajectoires météoritiques. Du jour au lendemain, tout s’effondre comme un château de cartes. Parce que le psychopathe vit dans une bulle de présent. Il préfère jouir d’une gloire éphémère.

 

 

Absence de remords : ils ne ressentent jamais aucuns remords. Ils n’assument pas leurs responsabilités. Ils rejettent systématiquement la faute sur des boucs-émissaires. Ils essaient de culpabiliser les autres et de se faire passer pour de pauvres victimes. Ils minimisent les dommages qu’ils ont commis.

 

L’agressivité : les psychopathes sont toujours très agressifs et très combatifs. Ils ont aisément recours à des menaces. Ils conçoivent la vie comme une succession de combats avec, à chaque fois, un vainqueur et un vaincu. Ils sont déterminés à faire ce qu’il faut pour sortir vainqueur. Certains ont un tempérament explosif et peuvent en venir aux mains aisément. Ils abusent des procédures juridiques. Ils passent leur temps à dénigrer, à critiquer, à dévaloriser pour alimenter leur soi grandiose. Ce qu’ils font est exceptionnel ; ce que les autres font est banal.

 

La paranoïa : les psychopathes ont tendance à penser que tout le monde possède le même profil psychologique qu’eux. Si jamais on leur demande des comptes, ils crieront au complot. Ils ont souvent des tendances paranoïaques, pensent qu’on veut leur « faire la peau » ou qu’on leur a « baisé la gueule ». Ils n’ont aucun mal à imaginer que les autres commettent toutes sortes d’ignominies, car c’est ainsi qu’eux-mêmes se comportent. L’humanité est une confrérie de requins selon eux. Les psychologues disent qu’ils « projettent » sur autrui leurs propres dispositions psychologiques. Ils possèdent une connaissance intuitive du vice qui leur permet de voir le mal partout et notamment dans le bien. A leurs yeux, une amitié sincère devient du « copinage », du « piston », des « arrangements ». Ils peuvent se transformer en inquisiteurs féroces. Beaucoup de gens se font avoir et pensent qu’une personne qui dénonce avec virulence l’amoralité d’autrui est nécessairement exemplaire.

L’appétit de pouvoir : les psychopathes sont des « control freak ».

""Ils éprouvent le besoin de contrôler les gens qui gravitent autour d’eux et qu’ils perçoivent comme des objets ou des robots rats dont la seule fonction serait de subvenir à leurs besoins ""(psychologiques, matériels, sexuels). Ils sont dominateurs. Certains deviennent de parfaits tyrans domestiques. Ils occupent fréquemment des postes à responsabilité dans leur vie active."" Ils s’entourent d’adjoints dociles et traquent tous ceux qui peuvent leur faire de l’ombre.""

Ils connaissent la langue, mais pas la musique : le spectre émotionnel des psychopathes est pauvre. Ils apprennent tout au long de leur vie à simuler ces émotions qu’ils ne ressentent pas, notamment toutes celles qui relèvent de l’empathie et du sens moral : l’amour, l’attachement, la compassion, la honte, la tristesse, la dépression. On a souvent remarqué à leur propos qu’ils connaissent la langue, mais pas la musique. Les émotions qu’ils expriment sont parfois fausses. Ils ont tendance à en faire trop, leur style est grandiloquent, ampoulé, fleuri, pompier, truffé de métaphores. Il manque de sincérité. Les psychopathes manifestent leurs émotions à la manière d’adolescents sur MSN, en multipliant les points d’exclamation ou les smileys. Ils donnent l’impression d’une certaine immaturité émotionnelle.

Un style théâtral : les psychopathes ont tendance à en faire trop également sur le plan de la gestuelle. Ils ont un petit côté théâtral et parlent avec les mains, leur corps. Ils multiplient les mimiques, lèvent les yeux au plafond pour vous faire comprendre que vos propos sont stupides, ils soupirent, haussent des épaules, etc. Ils peuvent faire intrusion dans votre espace intime, vous toucher alors que vous les connaissez à peine. Ils outrepassent les étapes traditionnelles de l’amitié qui s’ébauche en s’efforçant de vous faire croire - trop vite - que vous êtes déjà les meilleurs amis du monde.

Le site du Pr Robert Hare

 

PORTRAIT DE VICTIME

 


Tempérament de victime ?
Contrairement aux idées reçues, la victime n'a pas un "tempérament de victime", ce n'est pas elle qui se victimise, elle n'est pas masochiste intrinsèquement, c'est son agresseur qui la désigne comme victime.
Elle est choisie plus pour sa vitalité, sa générosité, son don de soi, une propension à jouer les rédempteurs, qui veulent sauver l'autre de ses faiblesses, de son mal : "Mon amour le guérira ?".


Une proie idéale
La proie rêvée reste l'adulte possédant une soif d'amour et de reconnaissance, et une confiance illimitée en l'autre. Elles voient leur agresseur à leur égal, et au contraire de lui, ont un trop grand respect de l'autre.
Leur faculté à pardonner malgré tout, va permettre à l'agresseur de mettre en place sa manipulation. Il saura utiliser toutes les failles, blessures d'enfance et faiblesses de sa victime, pour mieux la déstabiliser et asseoir son emprise.

LES 30 CRITERES DU MANIPULATEUR

 

 

LES 30 CRITERES DU MANIPULATEUR 
Tiré du livre d'Isabelle Nazare-Aga, voici les 30 critères du manipulateur. 

1.Il culpabilise les autres au nom du lien familial, de l'amitié, de l'amour, de la conscience professionnelle 
2.Il reporte sa responsabilité sur les autres, ou se démet des siennes 
3.Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et opinions 
4.Il répond très souvent de façon floue 
5.Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations
6.Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes 
7.Il fait croire aux autres qu'ils doivent être parfaits, qu'ils ne doivent jamais changer d'avis, qu'ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et questions 
8.Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres : il critique sans en avoir l'air, dévalorise et juge 
9.Il fait faire ses messages par autrui 
10.Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner 
11.Il sait se placer en victime pour qu'on le plaigne 
12.Il ignore les demandes même s'il dit s'en occuper 
13.Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins 
14.Il menace de façon déguisée, ou pratique un chantage ouvert 
15.Il change carrément de sujet au cours d'une conversation 
16.Il évite ou s'échappe de l'entretien, de la réunion 
17.Il mise sur l'ignorance des autres et fait croire en sa supériorité 
18.Il ment 
19.Il prêche le faux pour savoir le vrai 
20.Il est égocentrique 
21.Il peut être jaloux 
22.Il ne supporte pas la critique et nie les évidences 
23.Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres 
24.Il utilise souvent le dernier moment pour ordonner ou faire agir autrui 
25.Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes répondent au schéma opposé 
26.Il flatte pour vous plaire, fait des cadeaux, se met soudain aux petits soins pour vous 
27.Il produit un sentiment de malaise ou de non-liberté 
28.Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d'autrui 
29.Il nous fait faire des choses que nous n'aurions probablement pas fait de notre propre gré 
30.Il fait constamment l'objet des conversations, même lorsqu'il n'est pas là

Manipulation mentale : une stratégie en 4 étapes

 

La Manipulation Mentale
 
Une petite définition : la manipulation est le fait d'obtenir de quelqu'un qu'il fasse quelque chose qu'il ne souhaite pas faire, sans qu'il s'aperçoive qu'on la lui fait faire.
Elle permet, par des moyens détournés, d'infléchir les comportements d'autrui comme de peser sur ses idées et ses convictions.

La manipulation mentale est un outil redoutable de contrôle visant à influencer, puis convaincre, la victime ; le but de cette manipulation étant d'aliéner la liberté d'autrui, en utilisant des techniques très subtiles. Elle n'est efficace que si elle est totalement dissimulée : la victime sera persuadée que toutes ses pensées et décisions viennent librement d'elle.

Le manipulateur use consciemment d'un stratagème pour obtenir ce qu'il veut : pleurer pour attendrir celui qui est furieux, se comporter comme une victime pour susciter la culpabilité, bouder pour obtenir des excuses, séduire pour faire transformer l'humeur de l'autre, etc... 

Le manipulé cède parce que le manipulateur touche chez lui une corde sensible et la fait vibrer. Le manipulé fait alors ce que le manipulateur désire pour faire cesser cette vibration. La corde sensible est généralement une émotion désagréable, une image de soi indésirable, une conséquence déplaisante. 

Pour résister à une manipulation négative, il faut apprendre les techniques de l'adversaire pour les parer et surtout pour en comprendre les mécanismes. La victime d'une manipulation doit se poser quelques questions simples, comme par exemple : Est-ce que je suis autonome ? Quel est mon degré de liberté ? Si on oriente ma psychologie est-ce que je suis capable de faire une auto-analyse psychologique afin de prendre une distance par rapport à l'émotion qui me perturbe ? 

Le manipulateur égocentrique

La plupart du temps il ne recherche que son bénéfice personnel, ses intérêts, sans se préoccuper du désagrément qu'il peut causer à autrui. Il est extrêmement égoïste. Très malin, souvent rusé, il est guidé par le pouvoir, la reconnaissance personnelle, la renommée.


Le manipulateur destructeur 

Son but est de culpabiliser, rabaisser, détruire ses victimes et pour y parvenir, il utilise la désinformation, la calomnie voir même le mensonge. 

Il fait en sorte que le manipulé se sente coupable et responsable. Il est convaincu d'être intouchable, en profite pour terroriser les autres et se pense honnête, ce qui le pousse à dire qu'il agit de la sorte pour le bien du manipulé.

J'ai trouvé cette phrase sur le net et je la trouve très explicite : "Le manipulateur est un expert du harcèlement moral, un véritable « virus destructeur », comme une cellule cancéreuse qui n'en finit pas de grignoter votre énergie vitale".

LES PREDATEURS DU NET

 

Jeunesse Naive

INTERNET N EST PAS UN JEU
LES PARENTS DOIVENT SURVEILLER LEURS ENFANTS SUR LA TOILE
INTERNET EST DANGEUREUX SEUL
ENFANTS SI VOUS AVEZ UN DOUTE
PARLEZ EN A VOS PARENTS

 

Ne Laissez Pas Le Danger Entrer Chez Vous

 

Pour lire la suite , allez sur ce lien dont le titre est :Les Serials Killers qui ont marqué l'histoire

http://sosfamillendanger.e-monsite.com/pages/les-serials-killers-qui-ont-marque-l-histoire.html#

 

9 votes. Moyenne 4.56 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×